Un koan zen

Lorsqu’un maître zen veut sortir un novice de ses routines de pensée, il lui propose un koan.

Un koan, c’est un truc « impensable ».
Et justement, ce que le novice va faire, c’est penser alors que c’est impensable.

Alors le koan ne sera utilisé par le maître que dans un moment charnière du cheminement du novice.
Un moment où justement, il va pouvoir réussir le test : ne pas penser l’impensable.

Avant d’être japonais – il y a fort longtemps – le zen était chinois et Mazu Daoyi était célèbre pour la créativité de ses koans et leur efficacité à créer le kenshō – le choc ré-vélateur.
Un jour, Mazu Daoyi sent que le novice Chan est « mûr ».
Alors le maître prend une planche à dépoussiérer les tapis et frappe Chan très à plat et très fort sur le muscle au dessus de l’omoplate.
C’est un choc qui provoque une douleur très acceptable mais qui a un effet déstabilisant ré-vélateur – qui lève le voile qui obscurcit la pensée de Chan.

&é »‘(§

Quel est donc ce mystérieux nombre ?
C’est la moyenne de la longueur des noms de famille des collaborateurs.
Et ça sert à quoi ?
A ré-véler ! A ré-véler le combat que « maître » Christian Bois mêne pour sauver les patients … Voir le projet Phago 2019