Phagothérapie, nature, culture et scandale

Un scandale

Nous venons de vous raconter le cas d’Isabelle.
Le scandale est d’abord dans le titre de l’article qui parle de « nouveau traitement ».
Or, la phagothérapie est utilisée par les humains depuis des milliers d’années : drôle de nouveauté !!!
Nous allons voir pourquoi on l’a abandonnée, laissant mourir les patients atteints par des bactéries multirésistantes aux antibiotiques.
Ensuite on insiste sur ce qui est secondaire :
« Des bactériophages modifiés génétiquement semblent …« 
Sachant que les phages tuent les bactéries sans être modifiés génétiquement, quel est l’intérêt de la modification génétique ? (1)

La nature, quelle horreur !

Depuis que la médecine est devenue technique et prétendument scientifique, les thérapies naturelles ont été éjectées les unes après les autres de l’hôpital et des pratiques de ville avec la complicité des exécutifs – Ministère de la santé.
Ce qui est absolument horrible, c’est que l’on éjecte la thérapie naturelle alors qu’aucune nouvelle thérapie ne la remplace.
Par exemple, dès l’apparition des antibiotiques, on sait que les bactéries peuvent résister aux antibiotiques donc tuer les patients. On éjecte cependant les thérapies naturelles – la phagothérapie, la polythérapie anti-infectieuse, le miel antibiotique, etc. (2)

Un million de victimes

Rien qu’en France et seulement pour les bactéries résistantes, il y a eu un million de victimes parce que l’on a éjecté les thérapies naturelles.

L’ego des chercheurs

Un chercheur qui n’a pas d’égo, n’est pas un chercheur.
L’égo ça sert a faire des inventions et à être applaudit, encensé.
Jusque là, pas de problème !
Le problème n’est donc pas chez les chercheurs mais au Ministère de la santé qui ne sait pas répartir ses crédits :
– crédits pour l’innovation
– crédits pour l’inventaire et l’utilisation des thérapies naturelles.

Ministère qui n’a pas compris que l’on ne peut pas mettre, dans un même service hospitalier, des médecins qui sont dans le paradigme technique – prétendument scientifique et des médecins qui appliquent des thérapies naturelles.
Il faut créer des services hospitaliers séparés et un système d’aiguillage qui décide de l’orientation des patients.
Par exemple – dès que l’on identifie que sa bactérie est résistante aux antibiotiques –Isabelle relève sans hésitation de la thérapie naturelle.
Et donc d’un service où l’on maitriserait la phagothérapie plutôt que de faire une expérience « nouvelle » au milieu des machines et des médicaments de synthèse.

Notes

(1) Il y a peut-être un intérêt à la mutation génétique des phages mais le problème est qu’il existe 7 mille sortes de phages naturels et que l’on fait les titres des journaux sur les 2 phages bricolés !!!
Et éventuellement Isabelle a été sauvée par le phage naturel du cocktail et pas du tout par les phages bricolés !!!

(2) A l’hôpital et en ville des médecins et des infirmières utilisent des thérapies naturelles ne manière clandestine – voir l’exemple de la phagothérapie.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s