Passagers clandestins pour la Géorgie

Le très intéressant reportage de David Breger dans Le Figaro du 24 avril 2019 nous raconte l’aventure des patients qui vont se soigner en Géorgie. (1)

Sauver sa peau en Géorgie

L’article nous apprend que, chaque année, 150 à 200 patients Français vont faire soigner leur infection à bactéries multirésistantes à Tbilisi, en Géorgie.
Ceci grâce à « Se soigner en Géorgie » qui organise les voyages.
Ce sont de belles histoires dont nous avons commencé l’inventaire. (2)
Mais que cachent ces belles histoires ?

Les experts disent « il faut travailler sur la phagothérapie »

Les belles histoires en Géorgie cachent le fait qu’en France, en 2019, on laisse mourir, amputer, invalider des milliers de patients atteints de pathologies à BMR.
Ainsi en a décidé le Ministère de la santé ! (3)
Parmi les dimensions kafkaïennes, nous observons l’omerta sur le comptage des patients qui sont atteints de bactéries multirésistantes aux antibiotiques – BMR. (4)
Pourtant, depuis un certain nombre d’années, un certain nombre de « comités idoines » écrivent qu’il faut travailler sur la phagothérapie (5).
Que fait le Ministère de la santé ?
Il perpétue une sorte de malédiction sur la phagothérapie (6)

Les responsables financiers pleurent

Revenons au reportage de David Breger (1).
Il raconte le cas de Michèle : « Il lui en a coûté 6900 euros pour 2 semaines de soins et deux mois de traitement.« 
Prenons l’exemple de Ken, un jeune ingénieur de grande école qui a un accident du travail. A l’hôpital, il attrape une bactérie multirésistante aux antibiotiques. Personne ne parle à Ken des traitements à Tbilisi ni ailleurs. (7)
On coupe la jambe de Ken.
En tant qu’ingénieur ne pouvant pas retourner au travail, Ken va toucher 1,8 million d’euros de pension d’invalidité en une trentaine d’années.
6 mille euros auraient suffit pour le sauver !!!
1.800.000 <-> 6.000
Des milliers de Ken, ça fait des milliards d’euros qui partent en fumée chaque année.
Nous avons rencontré des responsables financiers de l’assurance maladie à l’occasion d’une autre configuration ressemblante : « Nous ne pouvons rien faire, c’est le Ministère de la santé qui interdit le traitement ! » (8)

Notes et références
(1) http://premium.lefigaro.fr/sciences/impasse-therapeutique-des-francais-partent-en-georgie-pour-etre-soignes-par-les-phages-20190423
(2) Les patients témoignent dans la presse
(3) Voir le Rapport ANSM 2016
(4) Nous avons demandé au Ministère de la santé de nous expliquer comment il comptait … compter les patients atteints de BMR : pas de réponse.
En 2019, les hôpitaux fichent les patients Gilets jaunes et assimilés.
Mais on ne sait pas compter les patients atteints par des bactéries multirésistantes !!!
Chercher l’erreur !
(5) Par exemple https://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20170908_strategienatlesantecontribhcsp.pdf
(6) Comment expliquer que le comportement vis à vis des BMR en général et de la phagothérapie soit toalement irrationnel ? Nous analysons comment, depuis siècle la phagothérapie est maudite.
(7) Dans l’article Le voyant aveugle de Marseille nous listons les thérapies efficaces, sans effet secondaire et pas chère qui ne sont pas utilisées en France.
(8) Au Royaume Uni, on a confié l’étude sur les BMR à un économiste, pas à un médecin !
(9) Image d’entête : Institut Eliava Tbilisi Georgie créé en 1923

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s