Figaro, santé : patients ! taisez vous !

Christian Bois Références de l’article en fin de document.

Commentaire de l’article du 14 juin 2019 Santé: arrêtons de nous faire peur, par Christophe Doré, Le Figaro

Christophe Doré ne se mouille pas, il cite trois auteurs.
Un choix de citations gratiné !

Dans son ouvrage éclairant et militant, Toutes ces idées qui nous gâchent la vie (JC Lattès), la géographe et professeur à la Sorbonne Sylvie Brunel dit : la peur est mauvaise conseillère quand il s’agit d’estimer des perspectives et de prendre des décisions judicieuses de santé publique.

Nous sommes bien d’accord avec cette phrase : la peur est mauvaise conseillère.
Où nous avons un problème c’est sur  » qui a peur ? « 
Notre observation est que ce sont les décideurs de notre santé qui non seulement ont peur mais sont « terrorisés ».
Ils sont terrorisés par l’idée d’un changement de paradigme.
Ils sont dans la paradigme de l’antibiotique, ils sont formés à l’antibiotique.
Alors ils refusent de mettre à disposition des patients la phagothérapie efficace, sans effets secondaires et pas chère.
Au ministère de la santé on prend régulièrement la décision de laisser mourir, amputer, invalider un patient en lui refusant la phagothérapie.
Cela parait incroyable mais c’est vrai, plusieurs médecins en témoignent dont Jérôme Larché.
Le discours du Figaro et de Sylvie Brunel est :
1. Les patients ont des peurs irraisonnées
2. Des savants sont là pour leur apporter la lumière
L’observation de terrain est :
1. Au Ministère de la santé on a des peurs irraisonnées – des phages, de l’origan, du miel antibiotique, etc.
2. Il n’y a pas de savant qui amène le changement de comportement du ministère pour qu’on arrête de faire très mal aux patients.
***
Le second savant cité par le Figaro est …

Didier Raoult, professeur de microbiologie à la faculté de médecine de Marseille, spécialiste mondialement reconnu des maladies infectieuses { qui a } publié un livre revivifiant, Arrêtons d’avoir peur! (Michel Lafon)

Didier Raoult,  » revivifiant  » ! Ce n’est pas notre observation !
Dans un précédent article nous avons analysé son talent de  » Voyant aveugle de Marseille » – à lire absolument !

Didier Raoult tient toujours un discours volontairement positif, mais argumenté scientifiquement et critique.
« Il faut faire confiance à la créativité du vivant, et à l’homme en particulier »

J’ai essayé de dire aux veuves et aux orphelins des hommes qu’on a laisser crever par bactérie multirésistante aux antibiotiques qu’il faut faire confiance à Didier Raoult : j’ai eu du mal à les convaincre !!!
Valentin LaBorie en a même fait un texte de slam : Qui a tué la flutiste ?

Didier Raoult défend l’idée – encore de bon sens – que les maladies tuent a priori beaucoup plus que les médicaments et les médecins. Même s’il reste critique sur certains choix des instances médicales. 

Un certain Ivan Illich nous a convaincu du contraire :
1. La chirurgie et la médecine sauvent X millions de vies
2. La chirurgie et la médecine sont la cause directe ou indirecte de la perte de Y millions de vies

Et l’on sait que le nombre Y est beaucoup trop élevé.
Cela commence à se dire avec les infections nosocomiales.
Les scandales sanitaires ont leurs hécatombes.
L’affaire du sang contaminé reste dans les mémoires.
Mais le plus grave est l’illusion dans laquelle le système politico-médical met les Français :

Dormez, braves gens, nous nous occupons de tout !

Justement, vous de nous occupez pas de tout, en particulier pas de ce qui est dans nos assiettes et qui, de diverses manières, porte une atteinte grave à notre santé.
1. Lait Les patients ne sont pas avertis du fait que leur organisme peut être plus ou moins gravement perturbé soit par la consommation d’un peu de lait – allergie – soit par la consommation de trop de lait – intolérances.
2. Blé Très grande discrétion du corps médical sur les incidences possibles de sa consommation.
3. Sucre raffiné Discours minima pour risque maxima.

Désolé, Professeur Raoult, vous faites partie des médecins qui participent à la mauvaise santé des patients !

Sur le front de la santé, quelques crises graves (l’affaire du sang contaminé, celles de la vache folle, de l’amiante ou de la grippe H1N1) ont brisé la confiance: les services publics, l’Etat et les autorités internationales compétentes mettent-ils tout en œuvre pour nous préserver des risques sanitaires? 

La réponse est clairement :  » Non ! L’Etat ne nous préserve pas, il nous met en danger ! « 
Juste sur notre sujet, la phagothérapie, l’Etat confie le dossier à des gens totalement incompétents et, comme nous l’avons dit, terrorisés par les phages et toutes les thérapies autres que les antibiotiques !!!

il y a deux mensonges, assène Sylvie Brunel: «D’abord, l’humanité est consciente et agissante face à ce qui la menace. Ensuite, … Dans les faits, il n’y a jamais eu autant d’humains bien portants 

C’est Sylvie Brunel, savante, qui assène deux énormes mensonges !!!

Mensonge 1 : L’humanité est consciente

Non !
Toujours dans notre domaine, la résistance des bactéries aux antibiotiques, on sait depuis bientôt un siècle qu’une partie des patients ne pourra pas être soignée = ils vont mourir, être amputés ou invalidés – pas être soignée par les antibiotiques disponibles et qu’il faut avoir des thérapies alternatives :
1. la phagothérapie
2. le miel antibiotique
3. des composés de type Origan du Comtat
4. etc.
Or les médecins ne sont pas formés, le ministère ne délivre pas les autorisations et les patients crèvent, sont amputés ou invalidés !!!
Un million de victimes en quelques décennies et Sylvie Brunel nous dit : L’humanité est consciente !

Mensonge 2 : Il n’y a jamais eu autant d’humain bien portants

Cela parait vrai.
Mais c’est faux !!!
Les pauvres mal nourris, mal logés, sans dispositifs ni formation pour l’hygiène, etc. étaient malades.
L’amélioration de l’hygiène a diminué ce genre de pathologies.
Mais si l’on compare deux individus normalement nourris, normalement logés, normalement formés avant et aujourd’hui, en 2019 :
1. L’alimentation industrielle est nocive à la santé – cuisson produisant des toxiques, conservateurs, etc.
2. Les aliments à culture forcée sont carencés
3. Les aliments de base contiennent des pesticides, etc.
4. Quantité de médicaments prescrits provoquent des maladies
5. A l’hôpital on attrape des infections nosocomiales
6. Les environnement d’habitation et de travail sont pleins de formaldéhyde, etc.
7. L’air, l’eau sont souvent pollués
Comment fait-on pour être mieux-portant dans ces conditions ?
Il faut que Sylvie Brunel m’explique !

Mensonges sur cancer

Cancer : le taux d’incidence, c’est-à-dire le risque d’en être victime, baisse en France chez les hommes et se stabilise chez les femmes. La mortalité des cancéreux, elle, recule depuis 2010, ce qui laisse penser à beaucoup de cancérologues que ce fléau se transforme en maladie chronique…

Même problème que précédemment.
Statistiquement il y a moins de fumeurs, moins de consommation d’alcool, moins de sous alimentation, moins de mauvaises conditions d’hygiène, moins d’amiante, etc. donc globalement moins de cancers.
Mais, pour les gens disons de classe moyenne, il y a augmentation des cancers.
Pourquoi Didier Raoult et Sylvie Brunel nous mentent-il éhontément sur ce point ?

Et le cancer  » maladie chronique « , ça veut dire quoi ?

C’est très simple :
1. Le chirurgien te fait un grand trou dans le corps
2. Le radiologue te brûle la gueule, etc.
3. La chimio t’explose le foie et les reins
4. Tu as un traitement hormonal à vie
5. Les médecins te disent « Madame, vous êtes guérie !« 
6. Tu rentres dans les statistiques comme patient guéri !!!
7. Didier Raoult et Sylvie Brunel sont contents pour toi !!!
Merci Didier ! Merci Sylvie !

Surtout pas d’études indépendantes sur les risques !

Si l’État se décidait à financer des études totalement indépendantes, il lui faudrait investir des fortunes pour disposer des experts à niveau sur tous les problèmes sanitaires qui nécessitent des avis.

Dixit un expert anonyme qui rajoute :  » une étude ça coûte 270 millions d’euros, l’Etat n’a pas les moyens.« 
L’expert oublie de préciser qu’un patient invalidé ça coûte 1 million d’euros.
Mille patients invalidés ça coût un milliard d’euros !!!
Et les maladies nosocomiales + les scandales sanitaires + le reste ça fait beaucoup plus de mille patients.
Donc chaque fois que l’Etat dépense 270 millions d’euros pour une étude indépendante, il économise de l’argent !!!
Mais au Figaro on ne connait pas la règle de trois !!!

Mort au principe de précaution !

Le principe de précaution, défini par l’ONU en 1992, ne précise-t-il pas d’ailleurs que «l’absence de certitude scientifique absolue ne doit pas être un prétexte à ne pas interdire» ?

L’innovation risque bien de finir en voie d’extinction avec de tels postulats. 

Conclusion brillante du Figaro :

l’important c’est d’innover, si ça tue des gens on s’en fou !!!

Bien sûr, ils ne l’écrivent pas en ces termes mais le coeur y est !

Citer cet article :
Bois, Christian. Figaro, santé : patients ! taisez vous !. Phago News. Lyon : Une fabrique de communs ; 2019. https://phago.news.blog/2019/06/18/figaro-sante-patients-taisez-vous/

Publicités

Un commentaire sur “Figaro, santé : patients ! taisez vous !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s